HomeAnecdotes sur la Magna CartaBlogCentre de visiteurs de l’Assemblée législative de l’AlbertaContactez-nousFaites un donL'ExpositionLa cathédrale de DurhamLa Magna CartaLe musée canadien de l’histoireLe site national historique de Fort YorkMédiaMusée canadien pour les droits de la personneNos supportersOutils pédagogiquesParallax 1Parallax 2Parallax 3Parallax 4

La cathédrale de Durham

Sur la cathédrale de Durham

durham-small

Les copies de la Magna Carta et de la Charte de la Forêt, qui seront en tour au Canada, appartiennent à la cathédrale de Durham, située à Durham au Royaume-Uni.

La cathédrale de Durham a été une place de vénération, d’accueil et d’hospitalité pendant presque un millénaire. Construite en 1903 pour abriter le Sanctuaire du Saint Cuthbert, la cathédrale est vénérée pour sa merveilleuse architecture romane et la position incomparable au cœur d’un site appartenant au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Elle est connue pour le Sanctuaire du Saint Cuthbert et le tombeau de Bède le Vénérable.

Construite à l’origine comme une cathédrale monastique pour une communauté de moines bénédictins, la cathédrale de Durham a une des mieux conservées constructions monastiques en Angleterre, y compris le cloître médiéval, le dortoir des moines et la cave de l’ouest. La nef, le choir et les transepts sont tous romans et la nef se vante avec ce qui est connu comme le premier arc pointu structurel du monde.

Avec son emplacement spectaculaire au sommet de la péninsule de la cité de Durham, la cathédrale de Durham est physiquement mais aussi symboliquement un point de convergence pour la communauté de Durham et pour la plus large région de Nord-est.

La cathédrale de Durham est aussi l’une des plus aimées constructions de la Grande Bretagne. La vue emblématique de la cathédrale de Durham depuis la grande ligne de train de la Côte d’Est a été longtemps admirée et l’importance architectural et historique de la cathédrale de Durham e été reconnue en 1986 lorsque le site du Patrimoine Mondial de Durham e été inscrit parmi les sites du Patrimoine Mondial de l’UNESCO au Royaume Uni.

 

Lisez la lettre de soutien de la part du doyen de la cathédrale de Durham

 

Sur la Magna Carta

La Magna Carta est peut-être le document le plus célébré de l’histoire anglaise et elle est largement reconnue comme une base et un symbole de nos précieuses libertés civiles.

La Magna Carta a été premièrement publié en 1215 et quatre exemplaires ont survécu, deux à la Bibliothèque Nationale Britannique (British Library), un à la cathédrale de Lincoln, et un à la cathédrale de Salisbury. Un an plus tard, après la mort du roi Jean, la Magna Carta a été relancée et rééditée à Bristol par les conseillers d’Henry, le fils du roi Jean, âgé de neuf ans à ce temps-là.

Ici à la cathédrale de Durham, on a la chance d’être dans la possession de trois copies de la Magna Carta, mais aussi de trois copies de la Charte de la Forêt rédigée en 1217 pour protéger les droits de ceux qui habitaient dans les forêts royales.

Les exemplaires de la Magna Carta qui se trouvent à Durham comprennent l’édition de novembre 1216, l’édition du 11 février 1225 et l’édition du 28 mars 1300. Pour la Charte de la Forêt, il y a les éditions de 1217, 1225 et 1300. L’édition de 1217 de la Charte de la Forêt est l’une des deux copies qui ont survécu.

La toute première copie de la Magna Carta qui se trouve à la cathédrale de Durham, l’exemplaire de 1216 de Bristol, est la seule copie de cette édition qu’on sait a survécu. Elle comprend 42 clauses (en comparaison avec les 63 de l’édition de 1215).

Ce manuscrit sera exposé à Palace Green Library (la bibliothèque Palace Green) qui fait partie de l’Université de Durham, l’été prochain, à l’occasion de l’exposition de la Magna Carta et le Visage Changeant de la Révolte (Changing Face of Revolt exhibition). On attend avec impatience d’accueillir beaucoup de monde au site du Patrimoine Mondial de Durham pour célébrer le huit centième anniversaire de la Magna Carta et pour commémorer un moment clé de l’histoire anglaise lorsque cette magnifique charte a été signée.

L’édition de 1225 de la Magna Carta qui se trouve à la cathédrale de Durham est un des quatre exemplaires conservés jusqu’aujourd’hui. Publiée au moment où Henry III a atteint l’âge de la majorité légale, c’est une version plus courte (37 articles), une concession de libertés en échange de la quinzième partie des biens mobiles. Elle comprend la nouvelle déclaration que la charte a été publiée spontanément et du plein gré du roi. C’était la première version de la charte à entrer dans la législation anglaise. La copie de Durham est d’une écriture soignée au style de chancellerie. La Charte de la Forêt de 1225 qui se trouve à Durham est une des trois copies survivantes.

La dernière Magna Carta de Durham est l’édition du 28 Mars 1300 (DUL DCD 2.2.Reg.2), le dernier exemplaire intégral. Elle est en excellente condition, avec un trou insignifiant qui ne nuit pas au texte, la meilleure des six copies existantes.

La Charte de la Forêt de Mars 1300 (DUL DCD 2.2.Reg.8), l’une des deux copies, est aussi en excellente condition avec un E décoré, similaire à celui de la Magna Carta de Durham de 1300.

Il est difficile de retrouver la provenance des exemplaires de la Magna Carta de Durham.

Cependant, trois des originaux existants de 1215 viennent des cathédrales, suggérant que les évêques étaient responsables de la distribution et de la détention de la charte. Cela montre que, par la charte, les juges faisaient l’objet de l’enquête et, par conséquent, on ne pouvait pas, comme ce serait le cas normalement, leur confier la publication de la charte.

On attend avec impatience l’exposition de nos copies de la Magna Carta à l’intérieur de la cathédrale à l’occasion de l’ouverture des nouveaux espaces d’exposition en 2016 comme partie de notre projet de revalorisation, Open Treasure (le Trésor Ouvert).

RETOURNER À LA PAGE D'ACCUEIL