HomeAnecdotes sur la Magna CartaBlogCentre de visiteurs de l’Assemblée législative de l’AlbertaContactez-nousFaites un donL'ExpositionLa cathédrale de DurhamLa Magna CartaLe musée canadien de l’histoireLe site national historique de Fort YorkMédiaMusée canadien pour les droits de la personneNos supportersOutils pédagogiquesParallax 1Parallax 2Parallax 3Parallax 4

Deux grands héritages de la Magna Carta

Oh, quelle ironie! Lorsque les nobles en colère ont imposé une limite aux pouvoirs despotiques que le roi Jean avait sur eux, il y a 800 ans – la Grande Charte – ni eux, ni lui, ne savaient pas qu’à travers les siècles, ils avaient légué même au plus humble de la terre – ce que nous apprécions le plus aujourd’hui – le fait que personne, même pas le monarque, ne soit au-dessus de la loi et que tous soient protégés contre l’application arbitraire de la justice.

Indirectement, nous devons la forme parlementaire du gouvernement canadien à la Magna Carta – la Grande Charte. Bien sûr, le parlement, avec sa chambre et son sénat, n’est plus que théoriquement un contrôle sur la monarchie. La question du droit divin des rois a été réglée il y a longtemps, notamment lorsque le roi Charles Ier fut décapité par les vainqueurs parlementaires, après la guerre civile anglaise. Maintenant le parlement est plutôt un forum où les intérêts de la population sont discutés, où les politiques du peuple sont décidés et où les pouvoirs des gouvernements peuvent être vérifiés. Si suffisamment de personnes sont malheureux ou veulent du changement ils peuvent vaincre les gouvernements à la boîte de scrutin. Cet héritage de la Magna Carta est apprécié non seulement ici, mais dans toutes les vraies démocraties à travers le monde.

Mais la grandeur de Magna Carta ne s’arrête pas là. Non seulement que la loi est suprême, grâce à la Grande Charte de 1215, mais en plus, aucun citoyen ne peut être emprisonné ou puni autrement, sauf par la loi, et par le jugement de ses pairs. Tout comme la Magna Carta le dit, «Aucun homme libre ne sera arrêté, ni emprisonné, ni dépossédé de ses biens ou de ses terres, ni exilé, ni exécuté de quelque manière que ce soit, et nous n’agirons pas contre lui et nous n’enverrons personne contre lui, sans un jugement légal de ses pairs et conformément à la loi du pays. On ne vendra, ni refusera, ni retardera à personne, le droit et la justice.»

C’est un immense héritage pour lequel tous les Canadiens, tous les gens libres de partout, devrait être reconnaissants. Mais aujourd’hui l’influence de la Magna Carta s’étend au-delà de ces deux grands principes. Je vous prie, puisque nous nous approchons du 800ième anniversaire de la Grande Charte en 2015, de prendre du temps pour en savoir plus sur cet héritage.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaires

Retourner à la page d'accueil