HomeAnecdotes sur la Magna CartaBlogCentre de visiteurs de l’Assemblée législative de l’AlbertaContactez-nousFaites un donL'ExpositionLa cathédrale de DurhamLa Magna CartaLe musée canadien de l’histoireLe site national historique de Fort YorkMédiaMusée canadien pour les droits de la personneNos supportersOutils pédagogiquesParallax 1Parallax 2Parallax 3Parallax 4

Conserver un document de 800 ans

La Magna Carta originale a été écrite en 1215, étant un traité politique à courte terme auquel le roi Jean a mis son sceau. Tous les exemplaires ont été écrits sur papier vélin, du parchemin de peau de veau. Aucuns de ses écrivains originaux, ni de ses signataires, ne pouvaient prévoir que le document qu’ils écrivaient durerait 800 ans.

Bien évidement, l’intention du roi Jean n’était pas que le Magna Carta ait un effet durable, comme il y a renoncé presque immédiatement. Jean et beaucoup de barons qui ont signé la Magna Carta ont lancé une guerre, qui l’a mené à sa morte. Les barons n’ont pas non plus attendu que le document soit honoré.

Tout qui a 800 ans envenime. Combien de versions de la Magna Carta ont existé n’est pas certain. Il n’y a que quatre versions du document original de 1215 que survivent. La morte du roi Jean a donné à la Magna Carta une plus grande importance puisque des versions ont été republiées par des héritiers du trône pour soutenir leur légitimité politique. Des versions ont été republiées par des régents du dspm du roi Jean, l’héritier du trône, Henri, en 1216 et 1217 et par le Ling Henri, lui-même en 1225. Le fils d’Henri, Edward I a fait cela aussi, en 1297 et 1300, confirmant la

Magna Carta en tant que fondation de la loi anglaise. La version de la Magna Carta de la Cathédrale de Durham de 1300 visitera la Canada cette année.

À certains égards il est miraculeux que les versions restantes de la Magna Carta aient survécu. Les exemplaires de la Magna Carta ont été envoyés aux endroits publics, en tant que documents publics. La Magna Carta est écrite sur du parchemin qui est particulièrement susceptible à la lumière, à l’humidité et aux dégâts de pollution et aux changements de température. S’ils seraient laissés en plein air, les matériaux comme le parchemin dégradent, endommagés par des huiles, de la moiteur et de l’air humide, qui réagissent avec les éléments dans le document.

Au 21ième siècle, du soin extrême est nécessaire pour conserver les Magna Cartas de 800 ans. Elles sont protégées dans des vitrines qui sont spécifiquement climatisées – quelques d’entre elles scellées avec des gazes comme de l’argon pour assurer que l’oxygène ne dégrade pas les documents. Ces vitrines sont rarement ouvertes et lorsqu’elles le sont, elles sont manipulées par des spécialistes sous des conditions contrôlées.

Cela explique pourquoi chaque exemplaire de la Magna Carta exposé – et l’accompagnante Charte de la Forêt de 1300 dans cette tournée canadienne – sont conservées dans des vitrines de présentation, permettant aux documents d’être visionnés, mais protégés des éléments, en assurant leur survie future pour les générations à venir.

Will Fripp
Recherche des Information, Analyse de l’écriture et investigatrice

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaires

Retourner à la page d'accueil